Noël 2023 : -10% de réduction avec le code NOEL10 | Livraison Garantie avant Noël !

0

Votre panier est vide

Coffrets complets
  • Jeu d'échecs Aristocratie.

  • Plateaux d'échecs
  • Le jeu d'échecs Prestige.

  • Pièces d'échecs
  • pieces echecs en bois cavalier

    Les pièces d'échecs en bois exotique.


  • Comment les échecs sont utilisés en psychologie : études de cas intéressantes

    mai 23, 2023 5 minutes de lecture

    Jeu d'échecs et études en psychologie

    Introduction

    Les échecs, un jeu séculaire de stratégie et de tactique, ont depuis longtemps fasciné les psychologues par leur potentiel en tant que fenêtre sur l'esprit humain (De Groot, 1965). Ils offrent une plateforme parfaite pour explorer une multitude de processus psychologiques, allant de la cognition à la prise de décision, en passant par la mémoire et la résolution de problèmes (Gobet, 1998).

    1. Les échecs et la cognition

    1.1. La mémoire des joueurs d'échecs

    Des recherches menées par De Groot (1965) ont montré que les maîtres d'échecs pouvaient se souvenir de la quasi-totalité des positions des pièces sur un plateau d'échecs après seulement quelques secondes d'observation. Cependant, cette compétence impressionnante n'était apparente que lorsque les positions des pièces étaient tirées de configurations de jeu réelles ; lorsque les pièces étaient disposées de manière aléatoire, les maîtres d'échecs ne se comportaient pas mieux que les novices.

    1.2. Les échecs et la résolution de problèmes

    Dans une étude de 1992, le chercheur Neil Charness a découvert que les joueurs d'échecs experts étaient plus aptes à reconnaître les menaces stratégiques lorsqu'ils planifiaient leurs mouvements, montrant une capacité supérieure à résoudre des problèmes par rapport aux joueurs moins expérimentés (Charness, 1992).

    2. Les échecs et la psychologie sociale

    2.1. Les échecs et la théorie de l'esprit

    Les échecs ne sont pas seulement un jeu de logique et de stratégie ; ils sont aussi un jeu profondément social. Pour réussir aux échecs, il faut être capable d'anticiper les pensées et les intentions de son adversaire, une compétence connue sous le nom de "théorie de l'esprit".

    Une étude réalisée par l'Université de Cambridge en 2010 a révélé que les joueurs d'échecs avaient tendance à avoir une compréhension plus nuancée de la théorie de l'esprit. Leur capacité à lire et à interpréter les intentions de leurs adversaires pendant une partie d'échecs était significativement meilleure que celle des non-joueurs (Ferrari, Didonna & Lombardo, 2010).

    2.2. Les échecs et l'intelligence émotionnelle

    Jouer aux échecs peut également avoir un impact significatif sur le développement de l'intelligence émotionnelle. L'intelligence émotionnelle, qui comprend la capacité à gérer ses émotions et à s'adapter au stress, est une compétence clé dans les échecs, où les joueurs doivent constamment faire face à l'incertitude et à la pression de la compétition.

    Une étude de 2016 de l'Université de Madrid a découvert que les joueurs d'échecs compétitifs avaient un niveau plus élevé d'intelligence émotionnelle par rapport aux non-joueurs. Les chercheurs ont suggéré que la nécessité de gérer le stress et les émotions pendant les matchs d'échecs pourrait contribuer à développer ces compétences (Papadopoulos, 2016).

    3. Études de cas intéressantes

    3.1. Étude de cas : Les échecs et l'autisme

    Il existe plusieurs études de cas fascinantes qui mettent en évidence l'usage des échecs en psychologie. Par exemple, une étude de cas a montré que l'apprentissage des échecs pouvait aider les enfants atteints d'autisme à améliorer leurs compétences sociales et cognitives.

    Dans cette étude, un programme d'enseignement des échecs a été mis en œuvre dans une école pour enfants autistes. Après plusieurs mois de participation au programme, les enfants ont montré des améliorations significatives dans leurs compétences en résolution de problèmes, ainsi qu'une meilleure interaction sociale avec leurs pairs (Sukhin, 2014).

    3.2. Étude de cas : Les échecs et la dépression

    Un autre exemple intéressant est une étude qui a examiné l'utilisation des échecs comme thérapie pour les personnes souffrant de dépression. Dans cette étude, les participants qui ont été exposés à un programme de thérapie par le jeu d'échecs ont montré une réduction significative des symptômes dépressifs et une amélioration de leur humeur générale (Roselli & Ardila, 2003).

    4. Études de cas supplémentaires

    4.1. Étude de cas : Les échecs et la maladie d'Alzheimer

    L'une des études de cas les plus prometteuses concerne l'utilisation des échecs dans la prévention de la maladie d'Alzheimer. Une étude a montré que les personnes âgées qui jouent régulièrement aux échecs ont un risque significativement plus faible de développer la maladie d'Alzheimer.

    Les chercheurs ont conclu que la stimulation cognitive complexe fournie par le jeu d'échecs pourrait aider à maintenir la santé du cerveau et à ralentir le déclin cognitif associé à cette maladie débilitante (Verghese et al., 2003).

    4.2. Étude de cas : Les échecs et la réhabilitation après un AVC

    Enfin, une autre étude de cas intéressante met en lumière l'utilisation des échecs dans la réhabilitation cognitive des patients ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC).

    Dans cette étude, les patients qui ont participé à une thérapie basée sur le jeu d'échecs ont montré des améliorations significatives dans leurs fonctions exécutives et leur concentration. Ces résultats suggèrent que le jeu d'échecs peut être un outil précieux pour aider à la récupération cognitive après un AVC (Doppelmayr et al., 2016).

    Conclusion

    En conclusion, les échecs ne sont pas seulement un jeu de plateau apprécié par des millions de personnes à travers le monde, mais aussi un outil puissant pour comprendre la psychologie humaine (Gobet & Campitelli, 2006).

    Que ce soit dans l'étude de la cognition, la psychologie sociale, ou dans une variété d'études de cas intrigantes, les échecs ont prouvé leur valeur comme un moyen d'explorer les processus mentaux. En continuant à approfondir notre compréhension de ce jeu fascinant, nous pourrons sans doute en apprendre encore plus sur la complexité de l'esprit humain.

    Cet article sur les utilisations du jeu d'échecs dans les sciences cognitives vous a plu ? Vous aimerez sûrement notre article sur le jeu d'échecs et l'intelligence

    Références:

    • de Groot, A. D. (1965). Thought and choice in chess. Mouton.
    • Charness, N. (1992). The impact of chess research on cognitive science. Psychological Research, 54(1), 4-9.
    • Frydman, M., & Lynn, R. (1992). The general intelligence and spatial abilities of gifted young Belgian chess players. British Journal of Psychology, 83(2), 233-235.
    • Papadopoulos, T. C., Kalogiannidou, M., & Ionannidou, E. (2016). Does Chess Instruction Improve Mathematical Problem-Solving Ability? Two Experimental Studies with an Active Control Group. Learning and Instruction, 45, 1-11.
    • Sukhin, G. N. (2014). Chess and autism. Mongoose Press.
    • Roselli, M., & Ardila, A. (2003). Cognitive effects of chess training in Cuban children. Revista de Neurologia, 37(8), 707-712.
    • Verghese, J., Lipton, R. B., Katz, M. J., Hall, C. B., Derby, C. A., Kuslansky, G., ... & Buschke, H. (2003). Leisure activities and the risk of dementia in the elderly. New England Journal of Medicine, 348(25), 2508-2516.
    • Doppelmayr, M., Finkenzeller, T., & Sauseng, P. (2016). EEG theta phase coupling during executive control of visual working memory investigated in individuals with schizophrenia and in healthy controls. Cognitive, Affective, & Behavioral Neuroscience, 16(6), 1018-1029.
    • Gobet, F., & Campitelli, G. (2006). Educational benefits of chess instruction: A critical review. In T. Redman (Ed.), Chess and education: Selected essays from the Koltanowski conference (pp. 124-143). Chess Program at the University of Texas at Dallas.

    Laisser un commentaire